De nouveaux outils pour la maladie d’Alzheimer apportent de l’espoir aux patients

Les neurologues experts s’entendent pour dire que le gros problème de la maladie d’Alzheimer est que la maladie neurodégénérative, causée par la destruction progressive des neurones du cerveau, commence jusqu’à deux décennies avant l’apparition des symptômes, habituellement à l’âge de 60 ans.

Et ce n’est pas seulement de la mémoire qu’il s’agit. Elle affecte également la capacité de prêter attention, de résoudre des problèmes ou de prendre les bonnes décisions.

Il s’agit d’un ensemble de capacités essentielles à la vie quotidienne et à l’autonomie, dont la détérioration est irréversible. Et avec la croissance de l’âge moyen de la population mondiale, ce problème devient plus important et plus évident.

Dans le marché d’aujourd’hui, très peu de médicaments peuvent ralentir la progression de la perte de mémoire qui accompagne la maladie d’Alzheimer, mais on constate généralement qu’au moment du diagnostic, il est trop tard : des dommages irréversibles au cerveau sont survenus et la progression de la détérioration entraîne inexorablement la mort.

C’est pourquoi la plupart des essais cliniques sur les médicaments contre la maladie d’Alzheimer ont échoué en partie, parce qu’il est très difficile de trouver des personnes aux premiers stades de la maladie.

Tout cela pourrait changer, selon la dernière étude sur la maladie d’Alzheimer publiée cette semaine dans la revue Nature, qui met en lumière les recherches d’un groupe de médecins japonais et australiens qui ont identifié par une analyse sanguine, certains fragments de protéines amyloïdes et de noeuds tau, qui sont ceux qui s’accumulent dans le cerveau, le dégradent et causent cette terrible maladie.

“Les biomarqueurs sanguins constituent une percée “, a déclaré le Dr Ron Petersen, directeur de la recherche sur la maladie d’Alzheimer à la clinique Mayo, enthousiasmé par cette nouvelle étude.

Plus précisément, le biomarqueur sanguin a été découvert par des chercheurs du Centre national de gériatrie et de gérontologie du Japon dans le cadre d’une étude portant sur 400 participants. Ces personnes étaient cognitivement normales, présentaient une légère déficience cognitive ou avaient reçu un diagnostic de maladie d’Alzheimer.

Les scientifiques ont prélevé des échantillons de sang et catalogué les centaines de fragments de “protéines précurseurs amyloïdes” qu’ils ont trouvés dans chaque échantillon. Après avoir comparé les niveaux de ces fragments de protéines avec les niveaux d’amyloïde dans le cerveau trouvés à l’aide de la TEP, les experts ont constaté que certains couples étaient précis à 90 % pour prédire s’il y avait ou non une accumulation amyloïde dans le cerveau.

“Il reste encore beaucoup de chemin à parcourir avant que ce type de test puisse être utilisé en milieu clinique. Le défi consistera à reproduire les données à plus grande échelle “, a expliqué M. Petersen, qui a fait remarquer que des chercheurs de l’Université de Washington à St. Louis mettent au point des méthodes de diagnostic de la maladie en utilisant des fragments de protéines amyloïdes et des biomarqueurs tau.

Depuis les années 1980, la maladie d’Alzheimer ne peut être diagnostiquée que par autopsie cérébrale. Ces dernières années, les scientifiques ont découvert comment identifier les signes de la maladie d’Alzheimer par ponction lombaire et injections de la moelle épinière ou par TEP, mais comme ces tests sont invasifs et coûteux, ils ne sont généralement donnés qu’aux patients qui présentent déjà des signes clairs de la maladie.

En d’autres termes, ils ne sont utilisés que sur des patients pour lesquels le traitement sera trop court ou trop tardif. Ce qu’il y a d’encourageant dans cette découverte, c’est qu’un simple test sanguin peut être effectué sur n’importe qui, à n’importe quel âge, et combattre la maladie d’Alzheimer dans ses premiers stades.

“Même si ces protéines ne s’avèrent pas assez bonnes pour servir de test définitif pour la maladie d’Alzheimer, elles pourraient quand même être utilisées pour améliorer la façon dont nous diagnostiquons la maladie. Si un test sanguin était assez bon pour indiquer une probabilité accrue d’accumulations anormales d’amyloïde dans le cerveau, il pourrait aider les médecins à savoir quels patients devraient subir une TEP ou une ponction lombaire pour confirmer le diagnostic de la maladie d’Alzheimer “, conclut M. Petersen.

Juan Manuel Baldovino, neurochirurgien du Groupe Medihome, a expliqué à Infobae l’autre nouvelle encourageante concernant Alzeimer qui est apparue cette semaine : le stimulateur cardiaque.

“Toutes les démences ne sont pas des démences d’Alzheimer. On parle de démence lorsqu’il y a perte de la mémoire de travail. Elle commence par l’altération de la mémoire précoce par le dépôt continu de la protéine bêta-amyloïde dans la région de l’hippocampe du cerveau. Ce dépôt de matière interfère dans les connexions neuronales, donc plus le dépôt est important, plus la détérioration cérébrale est importante, affectant entre autres aspects la mémoire immédiate, intermédiaire et tardive. Et générant une perte de masse cérébrale d’environ 140 grammes “, dit Baldovino.

“L’étude sur le stimulateur cardiaque cérébral, qui est une étude préliminaire, consiste à introduire des électrodes dans le cerveau qui, au moyen d’une technique appelée stimulation, par des ondes de courant dans le lobe frontal, génèrent une amélioration fondamentale de l’attention des patients et de la prise de décision, qui est affectée tôt chez les patients atteints de cette maladie “, a-t-il expliqué.

Elle n’est pas encore approuvée aux États-Unis, mais la stimulation par implants cérébraux est déjà utilisée pour d’autres maladies, comme la maladie de Parkinson et la douleur.