Sept habitudes alimentaires qui aideraient à prévenir la maladie d’Alzheimer

Selon les chercheurs, l’adoption de ces habitudes peut aider le cerveau à éviter les troubles neurologiques.

Des chercheurs du Comité des médecins pour une médecine responsable ont découvert sept habitudes alimentaires qui pourraient prévenir entre 70 et 80 % des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Les résultats d’études menées par seize scientifiques montrent que ces pratiques alimentaires pourraient non seulement contribuer à réduire le risque de souffrir de la maladie d’Alzheimer, mais aussi de divers troubles neurologiques.

Voici les sept habitudes alimentaires qui permettraient de prévenir la maladie d’Alzheimer.

Cet article a été proposé par https://www.electrocardiographe.net/

1. réduire au minimum la consommation de gras saturés et de gras trans

Ces “mauvaises” graisses ont tendance à augmenter le taux de cholestérol sanguin, ce qui stimule la production de dangereuses plaques bêta-amyloïdes dans le cerveau, qui sont caractéristiques de la maladie.

Selon la City of Chicago Health and Aging Study, les personnes qui consomment surtout des gras saturés courent trois fois plus de risques de développer la maladie d’Alzheimer.

2. Les légumes, les légumineuses, les fruits et les céréales devraient être des aliments de base dans votre alimentation.

Ces aliments sont riches en vitamines et en minéraux qui protègent le cerveau, comme la vitamine B6 et l’acide folique.

L’Étude sur la santé et le vieillissement a révélé qu’une consommation élevée de fruits et de légumes est associée à un risque moindre de troubles cognitifs.

Une alimentation riche en légumes réduit également le risque d’obésité et de diabète de type 2, deux maladies qui peuvent jouer un rôle important dans la maladie d’Alzheimer.

3. Consommez au moins 5 milligrammes de vitamine E par jour.

Cet antioxydant aiderait à réduire le risque de développer la maladie d’Alzheimer et peut être facilement acquis en mangeant une petite poignée de noix ou de graines, ou en mangeant des mangues, papayes, avocats, tomates, poivrons rouges, épinards, pains et céréales enrichis.

4. Prendre des suppléments de vitamine B12

Obtenir des quantités adéquates de cette vitamine B (environ 2.mcg. par jour), présente dans les produits animaux et les aliments enrichis, aide à réduire les niveaux d’homocystéine, un acide aminé lié à la déficience cognitive.

Dans une étude menée par l’Université d’Oxford auprès de personnes âgées présentant des taux élevés d’homocystéine et des problèmes de mémoire, les suppléments de vitamine B amélioreraient la mémoire et réduiraient l’atrophie du cerveau.

Pour les personnes âgées de plus de 50 ans ou suivant un régime à base de plantes, la prise d’un supplément est une aide supplémentaire pour leur corps.

5. Évitez les multivitamines avec du fer et du cuivre, à moins d’avis contraire d’un médecin.

La plupart des gens ont des niveaux adéquats de ces métaux dans leur alimentation, et leur consommation excessive est liée à des problèmes cognitifs.

6. Évitez de cuisiner avec des casseroles et des poêles en aluminium.

Il est recommandé d’utiliser des casseroles et poêles en acier inoxydable ou des ustensiles de cuisine en fer.

Bien que l’utilisation du papier d’aluminium pour envelopper les aliments soit encore à l’étude, les données préliminaires suggèrent qu’elle pourrait contribuer aux problèmes cognitifs.

7. Marchez vivement une fois par semaine pendant au moins 40 minutes.

La recherche suggère que l’exercice aérobique régulier peut réduire le risque de démence de 40 à 50 %.