Une étude renforce la théorie sur l’origine de la maladie d’Alzheimer : une infection dans la bouche

Au cours des dernières années, divers scientifiques ont avancé une hypothèse peu connue sur l’origine de la maladie d’Alzheimer : selon leur théorie, ce ne serait pas seulement une maladie, mais une infection. Aujourd’hui, une nouvelle étude publiée dans Science Advances renforce cette théorie et le fait en reliant cette maladie dégénérative à une origine inattendue : une maladie des gencives.

Jan Potempa, microbiologiste à l’Université de Louisville, a découvert ‘Porphyromonas gingivalis’ dans le cerveau de patients Alzheimer décédés. C’est l’agent pathogène qui cause la parodontite chronique, connue sous le nom de maladie des gencives, et ce n’est pas la première fois que les deux maladies sont associées, car une étude de 2010 a déjà évalué cette possibilité.

Des expériences ont été menées chez la souris, au cours desquelles des infections buccales ont été provoquées par le pathogène, ce qui a permis à la bactérie d’atteindre le cerveau et à celui-ci de produire le peptide bêta-amyloïde (Aβ), la protéine associée à la maladie d’Alzheimer. Les scientifiques pensent qu’ils n’ont pas encore découvert l’origine de cette maladie dégénérative, mais ils sont convaincus que cet axe de recherche est important.

Stephen Dominy, qui coordonne la recherche par l’entremise de la société pharmaceutique Cortexyme, a déclaré à Science Alert que ” les agents infectieux ont été impliqués dans le développement et la progression de la maladie d’Alzheimer auparavant, mais les preuves de causalité n’étaient pas convaincantes. Aujourd’hui, pour la première fois, nous disposons de preuves solides établissant un lien entre le pathogène intracellulaire P. gingivalis et la maladie d’Alzheimer.

L’importance de la bouche

Les chercheurs ne se sont pas arrêtés là et ont identifié des enzymes toxiques appelées gingipaines dans le cerveau des patients Alzheimer. Mais, en plus, ils ont aussi trouvé ces gingipaines dans le cerveau de personnes décédées qui n’avaient pas reçu le diagnostic de la maladie d’Alzheimer.

Jusqu’à présent, le pathogène Porphyromonas gingivalis et la maladie d’Alzheimer étaient liés, mais on ne savait pas si la maladie des gencives cause la maladie d’Alzheimer ou si c’est la démence qui mène à de mauvais soins buccodentaires. Or, le fait de trouver des gingipaines chez des personnes qui n’ont jamais reçu de diagnostic de maladie d’Alzheimer pourrait suggérer qu’elles auraient pu développer la maladie si elles avaient vécu plus longtemps.

Les auteurs de la recherche affirment dans leur étude que ” notre identification des antigènes de la gingipaïne dans le cerveau des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et de la pathologie de la maladie d’Alzheimer, mais non diagnostiquées avec la démence, soutient que l’infection cérébrale par Porphyromonas gingivalis ne résulte pas d’un mauvais traitement dentaire après le déclenchement ou une conséquence de la maladie, mais un événement précoce qui peut expliquer la pathologie trouvée chez les personnes d’âge moyen avant une déficience cognitive.